Avec les offres de « mutuelle santé pas chère» qui fourmillent sur la toile, il est devenu difficile de trouver celle qui répond réellement à ses besoins. Afin de trouver l’offre présentant un meilleur rapport qualité-prix, il est préférable de recourir à un comparateur, puis de souscrire en ligne.

La recherche de complémentaire santé et la souscription en ligne

Les offres ne manquent pas sur internet, toute une liste de proposition est disponible en quelques clics en accédant sur un site comparatif. Le comparateur en ligne permet de comparer les offres et les diverses prestations proposées par les organismes.
Sur un site de comparatif mutuelles vous pouvez consulter le site internet de Mutalliance qui propose une mutuelle complémentaire et permet de consulter les taux de remboursement dentaire, optique etc. Vous pouvez ainsi comparer les tarifs avec Harmonie Mutuelle, MMA, Axa etc…

Cette offre d’assurance et de mutuelle en ligne prend de l’ampleur, bien que le rythme ait baissé par rapport à ses débuts. C’est la raison pour laquelle les assureurs ont recours à des tactiques cross-canal pour coordonner les offres à divers canaux de distribution pour maintenir le niveau de service.

D’autre part, les applications sur Smartphone et autre support de distribution vont leur permettre d’offrir de nouveaux produits d’assurance. Ce qui fera grimper leur popularité auprès des clients souscrivant en ligne.

Les Français et la santé

Le cabinet Epsy a mené des études pour la Fnim ou Fédération nationale indépendante de mutuelles. Selon les chiffres, 33 % des Français ne bénéficient pas à temps ou renoncent aux soins nécessaires en cas de maladies, faute d’argent.

42 % d’entre eux sont âgés de moins de 30 ans et 25 % des personnes de 60 ans et plus. Ce baromètre du cabinet Epsy démontre par ailleurs que les postes concernés par ces renoncements sont surtout le dentaire, à 65 % et l’optique à 49 %.

Selon le résultat de l’étude, de nombreux Français n’arrivent pas à différencier les institutions de prévoyance, les assurances et les mutuelles. Par ailleurs, on constate encore 7 % de Français ne disposant pas d’une couverture en assurance santé.

Bien que la plupart des personnes assurées et enquêtées connaissent le montant de leur mutuelle, 68 % d’entre eux ne savent pas comment déterminer la valeur des taxes supportées.

L’horizon 2014

Une interview du président de la Mutualité Française, Etienne Caniard, parue aux Echos fait état d’une hausse moyennement modérée de 2,5% à 3% des tarifs des mutuelles d’ici l’année 2014. Par rapport aux 7% à 8% de progression annuelle notée en 2012, cette augmentation de coût de 3,3% est bien moindre.

Selon lui, étant donné que cette hausse est « relativement modérée », les adhérents ne vont pas en souffrir. D’autre part, comme il n’y aura plus de nouvelles taxations, il n’y aura pas non plus d’augmentations de coûts des assurances. Les organismes pourront ainsi rassurer leur membre.

Cette hausse de la taxe sur les contrats responsables et solidaire établi en 2011 explique la hausse des mutuelles poursuit encore Étienne Caniard. Mais au-delà de cette hausse demandée, chaque organisme peut moduler le coût de leurs mutuelles. Cette déclaration sous-entend que la concurrence est libre entre les différents organismes de complémentaire santé en matière de coût.

Sur les mêmes sujets

Services juridiques

Béatrice Davari, avocate spécialisée dans la défense des entreprises contre les abus des banques, présente le site Avocat-banque.com