Ecommerce ne rime pas avec export. Commercial international ne rime pas avec webmarketing. Tout simplement parce que la plupart des sites d'ecommerce ont du mal à rentabiliser leurs activités sur le territoire nationale et que les start up de l'époque de la bulle qui ont directement visé un développement international ont connu un taux de mortalité de 99%. Les deux seuls survivants sont Amazon aux USA et Fromage.com et La Maison du Chocolat en France. Mais l'époque a changé et il existe des opportunités que sont en train de saisir certains acteurs.

Durant une dizaine d'année, l'ecommerce a été une activité émergente qui était l'affaire des pays dits développés (Japon, USA, Uk, France, Allemagne, Corée du Sud, Hong Kong, Australie, Nouvelle Zélande, Suisse, Belgique, Finlande, Norvvège, Suéde, Danemark, Autriche). Même les pays dits de la périphérie de l'Europe (Hongrie, République Tchèque, Slovaquie, Grêce, Espagne, Italie, Pologne ne faisaient pas partie des pays où l'on rêvait de s'implanter lorsque l'on était société d'ecommerce.

Mais le monde a changé. La classe moyenne indienne représente quelques dizaines de millions de consommateurs. La classe moyenne chinoise représente quelques dizaines de millions de consommateurs. La classe moyenne brésilienne représente quelques dizaines de millions de consommateurs. La classe moyenne indonésienne représente quelques dizaines de millions de consommateurs. La classe moyenne russe représente quelques dizaines de millions de consommateurs. La classe moyenne "africaine" dans son ensemble représente quelques dizaines de millions de consommateurs. La classe du sud est asiatique dans son ensemble indienne représente quelques dizaines de millions de consommateurs.

Vous l'avez compris après ce passage aussi peu élégant du point de vue stylistique que claire du point de vue statistiques. Le centre de gravité de l'économie et de la société de consommation mondiales n'est plus situé à mi chemin entre Berlin et Los Angeles. D'ailleurs, il n'y a plus de centre de gravité. Il y en a au moins 5 ou 6.

Parallèlement, prix du matériel informatique s'effondrant, les nouvelles générations des pays émergents se sont massivement connectées à internet. Lorsque l'on regarde les pays les plus connectés à Facebook, ce sont l'Inde, le Brésil, l'Indonésie, la Turquie qui fournissent les bataillons d'utilisateurs à côté des Etats Unis et du Japon. On trouve pas la Chine qui favorise ses propres réseaux sociaux.

Et, ces internautes ont souvent la bonne idée de désormais disposer de cartes bancaires. Des marques qui ne se font pas remarquer sur internet, se sont développées lentement mais surement à l'international: Yves Rocher, champion national de la cosmétique grand public, vend en ligne au Royaume Uni, en Allemagne, en Espagne, en Italie, mais aussi en Belgique, au Canada, au Danemark, aux Etats Unis, en Finlande, en Norvège, aux Pays Bas, en Suède et de façon plus surprenante en Pologne, en Russie, en Ukraine. Ces derniers représentent en effet des marchés stratégiques et connectés pour une marque de cosmétique français, relativement bon marché qui plus est. Castaluna, leader en France de la femme ronde (vêtements grande taille, robe grande taille, mais aussi soutien-gorge grande taille ou maillot de bain pour grande taille) après avoir fusionné en France avec son rival OneStopplus, s'est implanté en Belgique et en Suisse. Pierre Ricaud, spécialisée dans le cosmétique haut de gamme a des activités de commerce électronique  en Belgique, en Allemagne, aux Pays Bas, en Suisse, au Royaume Uni mais aussi en Tunisie, en Russie et même en Chine. On en oublie que des pionniers de l'écommr

Ce qui est intéressant, c'est qu'un nouvel écosystème est en train de se créer autour de cette internationalisation de l'ecommerce français. Business Development Consultants organise ainsi des voyages d'études en Chine, au Brésil ou en Russie pour les ecommerçants désireux de s'implanter au Brésil. Les spécialistes de la déléguation ecommerce comme l'italien Yoox proposent aux grands de la distribution comme PPR de les aider à internationaliser leur ecommerce en quelques mois. Ironie du sort: il y a enfin une place pour les consultants spécialisées dans le développement à l'international comme feu Asiabooster, la première société à s'être positionnée sur l'accompagnement des start up français en Asie, ... 10 ans trop tôt.

Qui l'eut cru à l'époque, le développement des activités internationales des sites d'ecommerce français est principalement porté par les pays émergents dans un contexte de saturation des marchés classiques et d'émergence des économies ... émergentes.

Sur les mêmes sujets

Services juridiques

Béatrice Davari, avocate spécialisée dans la défense des entreprises contre les abus des banques, présente le site Avocat-banque.com